Contenu

Banane

Résultats de l’enquête pratiques culturales banane 2015

Premiers résultats de l’enquête statistique réalisée en 2016 auprès de 128 bananeraies en Guadeloupe.

DONNEES DEFINITIVES La publication sur les pratiques culturales banane en 2015 est republiée : les calculs des indicateurs de fréquence de traitement (IFT) ont été légèrement révisés suite à l’évolution des méthodes.

La culture de la banane en Guadeloupe occupe le troisième rang en terme de surface (2 400 ha source SAA 2015) après la canne à sucre et les prairies, soit 8 % de la surface agricole utile. Les parcelles implantées en variété cavendish dont la production est destinée principalement à l’exportation représentent une surface totale d’environ 2 000 ha.

 
Conjoncture 1er semestre 2017 : Les aléas climatiques déstabilisent les productions locales

Au cours du premier semestre 2017, en pleine campagne sucrière, les pluies inondent les champs de cannes au mois de mai et entraînent un enlisement du matériel de coupe. Les usiniers ferment les balances à cause du manque de cannes à broyer.

La tempête « Matthew » du 28 septembre 2016 et les cumuls de pluie en fin 2016 activent une montée de la cercosporiose noire qui fragilise les bananeraies. La qualité première n’étant pas atteinte, une baisse des exportations vers les pays de l’Union européenne s’installe depuis le mois de janvier 2017.

L’embellie de fin d’année 2016 dans le secteur porcin se poursuit et se traduit par une hausse de 9 % de têtes abattues par rapport au même semestre de 2016 de la production de viande locale.

 
Mémento Agricole Guadeloupe 2017
Le Mémento Agricole - Edition 2017 présente l’essentiel sur l’agriculture guadeloupéenne en 2016 en 28 pages de cartes, graphiques et tableaux.
 
Résultats de l’enquête sur les pratiques phytosanitaires sur la banane en 2015
L’enquête sur les pratiques culturales des agriculteurs en arboriculture en 2015 fait suite à celle réalisée en 2012 en métropole et dans les DOM. Elle constitue un outil majeur de description des pratiques des exploitants. L’enquête dans les DOM concerne la banane. En Guadeloupe, l’enquête s’est déroulée de fin février à mi-juin 2016, auprès de 128 exploitations agricoles.
 
Vingt ans de commerce extérieur : 1995 - 2015

Les échanges extérieurs agroalimentaires de la Guadeloupe présentent des caractéristiques très particulières. Une exportation qui repose sur trois produits majeurs : les fruits et légumes pour 38 %, le sucre pour 28 % et le rhum pour 9 % des volumes exportés. Ces produits sont tous d’origine agricole et représentent 80 % de nos exports.

Cette spécialisation et cette concentration fragilisent notre commerce qui, d’une part, est très dépendant vis à vis des pays clients et fournisseurs et, d’autre part, nous soumet aux aléas climatiques non maîtrisables ainsi qu’aux variations de prix et de la demande auxquels les produits d’origine agricole sont très sensibles.

Télécharger le document au format pdf : Commerce_exterieur_971_1995-2015 (format pdf - 1.3 Mo - 18/09/2017)

 
La biodiversité dans les bananeraies de Guadeloupe et Martinique (vidéo)
Depuis 10 ans, les producteurs de banane de Guadeloupe et de Martinique ont réduit de manière significative l’utilisation des produits phytopharmaceutiques en mettant en place des pratiques culturales agroécologiques comme la couverture végétale ou la lutte biologique contre les ravageurs.
 
Les plantes de couvertures dans la bananeraie
Le 20 mai 2016 était organisé à l’initiative du LPG et de IT2, un atelier de mise en place de plantes de service sur 2 exploitations bananières de Capesterre Belle Eau. Implantées dans le périmètre de protection, récemment délimité, du captage de La Digue sur la Grande Rivière de Capesterre, ces 2 exploitations, ainsi que d’autres se trouvant dans la même situation, doivent respecter certaines prescriptions interdisant les pratiques potentiellement polluantes pour la ressource en eau.
 
Des producteurs de bananes récompensés pour leur engagement en faveur de la biodiversité

La filière « banane » a été mise à l’honneur mercredi 2 mars au Salon International de l’Agriculture sur le stand de l’ODEADOM (Office de développement de l´économie agricole des départements d’Outre-Mer) pour son engagement en faveur de la biodiversité.

En présence de Stéphane Le Foll, six planteurs ont été récompensés pour l’introduction de pratiques agro-écologiques dans leur mode de production.