Contenu

Gare à la rage

Alors que la France métropolitaine et la Guadeloupe sont indemnes de rage, des cas sont régulièrement détectés chez des carnivores domestiques importés de pays où sévit la maladie.

La campagne « Gare à la rage », qui s’adresse aux détenteurs d’animaux de compagnie mais aussi à tous les voyageurs, rappelle les risques liés à cette maladie et que certaines démarches doivent être effectuées avant de partir à l’étranger, et surtout qu’il ne faut pas ramener d’animal d’un pays touché par la rage !

La rage est une maladie virale transmise accidentellement de l’animal (principalement les chiens, les chats et les chauve-souris) à l’homme, par morsure, griffure ou simple léchage sur une peau lésée (plaie, égratignure). Elle est transmise pendant toute la période d’excrétion du virus chez l’animal, soit environ 15 jours avant l’apparition des signes de la maladie.Il convient de souligner l’efficacité du traitement préventif post exposition de la rage humaine, s’il est administré avant l’apparition des symptômes.

La rage est loin d’être une maladie du passé ; même si elle n’est pas présente en Guadeloupe, elle sévit toujours dans de nombreuses régions du monde (pays d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine et d’Amérique du Nord). Les conséquences de cette maladie sont gravissimes : une fois les symptômes apparus, la rage est toujours mortelle. La rage tue une personne toutes les dix minutes dans le monde.
Le Ministère en charge de l’agriculture a décidé de relancer la campagne de sensibilisation menée en 2015 avec une campagne de communication à destination des détenteurs d’animaux de compagnie portant sur la nécessité de préparer à l’avance leurs déplacements à l’étranger avec leurs animaux, et à destination des voyageurs afin de les dissuader de ramener des animaux de leurs voyages :
http://agriculture.gouv.fr/gare-la-rage

Les actions de la DAAF Guadeloupe dans ce domaine :

  • suivi de la surveillance des chiens mordeurs effectuée par les vétérinaires sanitaires
    16 cas de morsure d’un chien sur une personne ont été déclarés auprès des vétérinaires en 2015 en Guadeloupe, qui ont fait l’objet d’une surveillance sanitaire de 15 jours, comme le prévoit la réglementation.
  • gestion des demandes d’analyses auprès de l’Institut Pasteur en cas de mortalité d’un chien ayant mordu avant la fin de la période de surveillance
  • surveillance des introductions illégales de carnivores domestiques en provenance de pays de l’UE et des pays tiers (St Barthélemy est considéré comme un pays tiers), en collaboration avec le service des douanes. Conformément aux dispositions prévues par les articles L.236-9 et 236-10 du code rural et de la pêche maritime lorsque les animaux ne satisfont pas aux exigences prévues par le règlement (CE)n°998/2003, le directeur de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt décide :
    • de demander leur réexpédition vers le pays d’origine (accord accord préalable de la direction générale de l’alimentation)
      ou
    • de les isoler sous contrôle officiel,le temps nécessaire à leur mise en conformité sur le plan sanitaire, aux frais du propriétaire ou de la personne qui en assure la responsabilité
      ou
    • en dernier ressort, de leur euthanasie, lorsque la réexpédition ou l’isolement ne peuvent être envisagés.
      En Guadeloupe : gestion de 5 introductions illégales en 2012, 2 en 2013, 3 en 2014, 1 en 2015.

Pour protéger notre santé et celle de nos animaux de compagnie, il est indispensable de respecter certaines précautions lors de séjour dans les pays non indemnes de rage ainsi que les prescriptions en matière d’identification et de vaccination antirabique des carnivores domestiques.

Recommandations générales, applicables en tout lieu et en tout temps :
1 - Tout chien ou chat ou autre carnivore ayant mordu ou griffé une personne, doit être présenté à un vétérinaire par son propriétaire dans les 24 heures suivant la blessure. L’animal fait l’objet d’une surveillance sanitaire par le vétérinaire pendant 15 jours ;
2 - En cas de morsure, il faut immédiatement nettoyer la plaie avec de l’eau et du savon, rincer abondamment et appliquer une solution antiseptique. Il est indispensable de consulter rapidement un médecin, qui pourra selon le contexte orienter la personne mordue vers un centre antirabique ;
3 - Restez à distance des animaux sauvages, même s’ils ont l’air en bonne santé .En aucun cas, il ne faut pas manipuler les animaux sauvages ou errants surtout lorsqu’ils sont trouvés malades ou blessés.
4 - Apprenez à vos enfants à ne pas toucher les animaux sauvages, ni caresser les animaux qu’ils ne connaissent pas.
5 - Ne laissez pas errer vos animaux de compagnie.

Être vigilant pour préserver la santé publique et le statut sanitaire favorable de la France et respecter impérativement les obligations réglementaires constituent les messages essentiels de cette campagne.

Pour plus d’informations, vous pouvez également télécharger le dépliant "Gare à la rage" 2016_depliantrage (format pdf - 58.1 ko - 25/08/2016)

Vous pouvez également consulter le site dédié : http://agriculture.gouv.fr/gare-la-rage

ainsi que l’information spécifique destinée au grand public et aux voyageurs : http://agriculture.gouv.fr/rage-informations-grand-public-et-voyageurs