Contenu

Le lycée agricole de Guadeloupe au Salon de l’Agriculture 2017

Ou la vision par les enseignants comme par les élèves des vertus pédagogiques d’un voyage, très complet, en métropole.

jpg - 113.8 ko
Présentation de l’école par Nicole Delfolie, coordinatrice du voyage, tout à fait à droite. Puis de droite à gauche : Mélie, Emilie, et Tallia

« Nous sommes dans la filière « Transformation des produits ». Cette année nous avons travaillé sur l’avocat et nous avons mis au point une glace à l’avocat que nous faisons déguster sur le stand » indique Mélie, en première STAV, option Transformation, au LEGTA Alexandre Buffon de Guadeloupe. Avec Emilie, Tallia, Wilhelm et 17 autres élèves du lycée ils sont venus participer au stand du ministère au Salon de l’agriculture, présenter leur école, leurs activités, leurs produits…

Les filles reviennent sur l’organisation : « depuis la rentrée en septembre-octobre nous avons eu différentes réunions pour la préparation, et plusieurs activités pour participer au financement : vente de repas, stands de vente de produits dans des foires, lavages de voitures… » « La recette du sorbet qui est proposé à la dégustation, c’est toute la classe de transformation alimentaire qui l’a mise au point. On a fait trois groupes, et on a testé trois recettes qu’on avait inventées. Au final on a gardé deux recettes, on les a mélangées, et ça a donné ça ! » Et ce « ça » je l’ai goûté : à recommander, j’en reprends un peu !!!

jpg - 89.8 ko
Le jus de canne c’est bon à tous les âges ! Avant fermentation bien sûr...

« Nous sommes en contact avec Laetitia Lentignac, de la Dicom et c’est la troisième fois que nous venons » précise Nicole Delfolie, enseignante en Enseignement socio-culturel, qui coordonne le voyage. « C’est pour nous l’opportunité d’organiser toute une grande semaine pour les élèves. Nous en profitons pour faire un stage sur les territoires et étudier des produits des autres régions françaises ». Au menu cette année au Salon : le pruneau d’Agen, le miel de Corse, la noix du Périgord, le fromage de Franche Comté, le jambon du Porc noir de Bigorre, la clémentine de Corse et la pomme du Limousin ! « Nous préparons en travaillant en amont sur les produits, les caractéristiques territoriales, historiques, culturelles, climatiques, agronomiques… Et parallèlement ça nous permet de faire connaître le lycée et ses options ! »

« Il est intéressant que les élèves soient en situation de promotion de leur lycée. Ils sont en public avec un produit qu’ils ont imaginé et fabriqué eux mêmes : ils ont préparé la purée d’avocats aromatisée au lycée, ils l’ont congelée, transportée, fait le sorbet ici à l’arrivée avec de la glace et du sel dans une sorbetière que nous avons apportée… » souligne Nicole qui insiste sur les vertus pédagogiques de ce projet.

Avec en plus un joli voyage d’études à la clé : la Bergerie de Rambouillet, le parc de Versailles, une fromagerie et le musée de la Grande guerre à Meaux, Rungis, à 4h00 du matin bien sûr… et pour finir une rencontre sur la PAC à Bruxelles et une visite du Parlement européen ! Ouf ! Tout ça a été organisé en collaboration avec la Chambre d’agriculture de la Guadeloupe.

Mieux les aider

« Ça s’est très bien passé ! » affirme Nicole, en soulignant le côté humain de « l’aventure » : « Bien sûr les élèves ont besoin d’être encadrés, motivés, recentrés… Ils deviennent un peu nos enfants. On les découvre autrement, ça nous permet de mieux les connaître, de mieux comprendre leur fonctionnement, et de mieux les aider. Ça les transforme, ils apprennent des choses, se cultivent… Une autre année c’était une classe très difficile. Après le voyage le groupe de la classe a fonctionné autrement, nettement mieux. »

Les élèves ne disent pas autre chose : « Cette semaine nous permet de nous découvrir, de nous rapprocher, d’apprendre de nouvelles choses mais ça apporte aussi un renouveau du savoir vivre en société. Comme tout le monde n’est pas pareil on est obligés de s’adapter. Sinon on ne se parle pas, et là c’est vraiment différent ! ». Tallia reprend : « Ce qu’il est important de dire c’est que ça a été fait vraiment par les jeunes de la classe (le sorbet, les préparatifs ndlr). Certains ont été plus impliqués que d’autres mais tous ont été concernés. Qu’on nous fasse confiance c’est une bonne chose. Si on est arrivés jusque là, c’est parce que les profs nous ont fait confiance ! »

Article issu de l’intranet du Ministère de l’Agriculture