Contenu

Protection des animaux

Gare à la rage

Alors que la France métropolitaine et la Guadeloupe sont indemnes de rage, des cas sont régulièrement détectés chez des carnivores domestiques importés de pays où sévit la maladie.

La campagne « Gare à la rage », qui s’adresse aux détenteurs d’animaux de compagnie mais aussi à tous les voyageurs, rappelle les risques liés à cette maladie et que certaines démarches doivent être effectuées avant de partir à l’étranger.

 
Importation de coqs de combat
La DAAF est régulièrement sollicitée par des éleveurs de coqs de combat pour importer des animaux d’autres îles de la Caraïbe, notamment Porto Rico et la République dominicaine. Ces importations sont possibles à condition de respecter les règles en vigueur. Je précise que ces règles sont différentes pour les coqs originaires de Martinique. les coqs de combat doivent être accompagnés du certificat sanitaire ci joint, complété par les services vétérinaires du pays d’origine. un contrôle vétérinaire a (...)
 
Les Typhlops, serpents de la Guadeloupe
Les services vétérinaires ont reçu plusieurs appels au sujet de serpents de petite taille "ressemblant à des vers de terre". Il s’agit de Typhlops, petits serpents inoffensifs qui peuplent l’île. Les Typhlopidés sont de petits serpents fouisseurs gris, marrons ou noirs, plus ou moins aveugles, ressemblant à des vers de terre. La tête non distincte du cou est courte, le corps allongé est cylindrique et la queue, terminée par une pointe, est extrêmement réduite.Les écailles sont très lisses, toutes (...)
 
L’un des deux lamantins est mort

Ce vendredi 30 septembre 2016, soit 2 mois après l’arrivée des 2 lamantins Kai et Junior, au centre d’élevage et de réintroduction géré par le Parc national de Guadeloupe situé à Blachon sur la commune du Lamentin, les animaux ont été sortis de leur bassin pour la première fois.

Il est apparu que Junior souffrait d’une infection urinaire. Les soigneurs l’ont placé sous antibiotiques. Malheureusement, l’animal est mort ce week-end.

Le programme de réintroduction du lamantin en Guadeloupe n’est pas pour autant remis en cause.