Contenu

Actualités de 2020

mars 2020

L’intervention de l’apiculteur est essentielle au maintien du cheptel apicole, à la pérennité des exploitations et au maintien du service de pollinisation.

La plupart des activités apicoles non collectives dont les visites de ruchers, la récolte des produits de la ruche, l’élevage de reines, les transhumances et mouvements de ruches sont donc autorisées.

 

Dans le contexte d’épidémie actuel, les secours et hôpitaux doivent être réservés aux malades atteints du Coronavirus ou de pathologies graves.

En aucun cas, des chiens en liberté ne doivent risquer de causer des accidents de la route, de s’attaquer aux gens ou aux animaux d’élevage ou de véhiculer des maladies ou parasites.

 

Suite au confinement lié au COVID-19 les déplacements pour effectuer des achats de fournitures nécessaires à l’activité professionnelle et des achats de première nécessité dans des établissements dont les activités demeurent autorisées sont possibles.

Toutefois, au moment de se rendre dans les magasins ou au quand vous rentrez à la maison avec vos courses il est important de respecter certaines règles en matière d’hygiène pour ne pas vous contaminer et contaminer votre entourage.

 

Les vétérinaires restent mobilisés pour soigner les animaux malades, préserver la santé des cheptels et la salubrité des denrées alimentaires d’origine animale.

La Direction Générale de l’Alimentation a publié une instruction technique concernant les dispositions à prendre s’agissant des missions accomplies par les vétérinaires au titre de leurs missions de service public.

Elle décrit les activités vétérinaires qui doivent être maintenues au titre de l’habilitation sanitaire ainsi que les activités libérales.

 
Le ministère de l’agriculture et de l’alimentation a mis en ligne une Foire aux Questions (FAQ) qui vise à donner des réponses claires et concises aux questions concernant le fonctionnement de l’enseignement technique agricole durant la période de confinement.
 
Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire et Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’État chargé des Transports, rappellent que l’ensemble de l’activité économique du pays continue de fonctionner et que toute la chaîne logistique du transport de marchandises doit rester mobilisée : transporteurs routiers, places portuaires, logisticiens, chargeurs, grande distribution, commerce de gros et l’industrie, notamment agroalimentaire.
 
L’alimentation est une des principales préoccupations de nos concitoyens. Se nourrir est fondamental. A ce titre, Bruno Le Maire (Ministre de l’économie et des Finances) et Didier Guillaume (Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation) ont adressé aux représentants de l’agro-alimentaire, aux agriculteurs et aux Organisations Professionnelles Agricoles des courriers d’encouragement et de soutien.
 
Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, et Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, recevront lundi 16 mars à 9h les différents acteurs économiques nationaux sur le coronavirus COVID-19.
 
La plus forte baisse de prix touche le concombre (-82%) écoulé à 0,36 €/kg
 
Données du mois de janvier 2020. Bactérioses de l’anthurium : la pression des bactéries sur les parcelles d’observation reste maîtrisable, si les mesures prophylactiques sont respectées. Pythium : quelques plants morts dus à l’attaque du Pythium. Autres nuisibles : présence de fourmis manioc, d’aleurodes et de cochenilles blanches sur certaines parcelles du réseau.
 
Données du mois de janvier 2020. Le charançon de la patate douce : baisse des charançons capturés. L’anthracnose de l’igname : l’apparition tardive de l’anthracnose sur les parcelles prêtes à la récolte n’affecteront pas le rendement. Focus-photos : cycle épidémiologique de l’anthracnose de l’igname.
 

Le producteur de vanille Cédric Coutellier a remporté la médaille d’or dans la catégorie Vanille Fragans Planifolia au Concours Général Agricole 2020 de Paris.

Avec 80kgs de vanille bio produits chaque année sur les hauteurs de Sainte-Rose, Cédric Coutellier est un des moteurs de la filière en Guadeloupe.

 
Les prix du concombre, et de la banane plantain sont en hausse : +82 % pour le concombre à 2€/kg et +18% pour banane plantain à 1,65€/kg
 

Les étudiants de BTS Agricole 2 du lycée agricole de la Guadeloupe ont mené à bien un projet d’initiative et de communication afin de valoriser les produits du terroir.

Ils étaient présents sur le stand du Ministère de l’Agriculture au SIA 2020 pour valoriser les biscuits qu’ils ont produits avec le miel des bananeraies bio en partenariat avec les producteurs de bananes et les apiculteurs.

 
Données du mois de janvier 2020. Agrumes : Pucerons : on note la présence de nombreux pucerons momifiés à Capesterre-Belle-Eau. Focus-photos : Parasitoïdes du puceron
 
Données du mois de janvier 2020. Laitue : Population des thrips capturés en augmentation. Mouches mineuses et aleurodes, rien à signaler. Focus : Thrips sur laitue
 

Les produits guadeloupéens réalisent encore une belle moisson de médailles au Concours Général Agricole de Paris en 2020 avec 6 médailles d’or, 14 médailles d’argent et 1 médaille de bronze.

Une mention spéciale cette année pour le producteur de vanille Cédric Coutellier qui remporte la médaille d’or dans la catégorie Vanille Fragans Planifolia.

 
Une forte évolution de prix touche la christophine (+134%) écoulée à 2,50€/kg.
 
février 2020
Données des semaines 01 à 04. Cercosporiose noire : la période pluvieuse actuelle favorise le développement de la maladie. Alerte : la fusariose TR-4 menace nos bananiers.
 
Données de janvier 2020. L’enherbement de la canne-à- sucre : dans l’ensemble, l’enherbement reste bien maîtrisé. Focus : Les pucerons jaunes : favoriser les auxiliaires pour réguler les populations de pucerons.
 
La tendance est à la baisse sur le prix des légumes. Le prix du concombre et de la christophine baisse de moitié, respectivement à 1,25 €/kg et 1,1 €/kg.
 

Le Concours général agricole (CGA) est un concours officiel du ministère en charge de l’agriculture, destiné à distinguer les meilleures productions issues de l’agriculture française.

La Guadeloupe a obtenu 24 médailles en 2019 et sera représentée dans trois catégories de produits en 2020 : rhum, miel et vanille.

 
Données d’octobre à décembre 2019. Bactérioses de l’anthurium : la pression des bactéries sur les parcelles d’observation est faible. Pythium : Vigilance : quelques plants morts dus à l’attaque du Pythium.
 
Le Service Statistique du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation effectue le recensement de toutes les exploitations agricoles tous les dix ans en Guadeloupe. Cette opération répond à un règlement européen et tous les États membres doivent le réaliser en même temps.
 
Le marché du jour est marquée par la très forte hausse du prix du concombre qui passe à 2,6 €/kg (+150%). La cive et le navet le suivent avec des prix respectifs de 9,1 €/kg (+51%) et 2,0 €/kg (+33%). A la baisse, aubergine (-40%), christophine (-33%) et tomate (-26%) s’échangent à 0,9 €/kg, 1 €/kg, et 1,48 €/kg.
 

Kannari Pann est un magazine trimestriel guadeloupéen consultable en ligne gratuitement, dédié aux produits et à l’art culinaire local, en d’autre termes au patrimoine gastronomique et à sa transmission.

Guy Firpion, chef cuisinier du Legta et d’anciens élèves ont collaboré au dernier numéro qui met à l’honneur des produits de saison comme l’avocat et le corossol.

 

La DAAF recrute un CDD de 3 mois pour l’appui au suivi et à l’instruction des télédéclarations des surfaces PAC.

Le poste est proposé au sein du Service de l’Économie Agricole.

 
janvier 2020
La plus forte évolution de prix touche l’aubergine (+50%) écoulé à 1,50€/kg.
 
Données des semaines 49 à 52 - 2019. Cercosporiose noire : la période pluvieuse actuelle favorise le développement de la maladie. Alerte : la fusariose TR-4 menace nos bananiers.
 

Le site Alim’confiance répertorie les résultats des contrôles sanitaires effectués par l’administration dans le secteur alimentaire. Les contrôles portent notamment sur l’hygiène de l’établissement.

Dans cette vidéo nous suivons une inspectrice de la DAAF de Guadeloupe dans sa mission de contrôle et de conseil aux restaurateurs.

 

L’article 50 de la « loi Egalim » s’inscrit dans le principe fondateur de la réglementation européenne selon lequel les exploitants du secteur alimentaire et/ou du secteur de l’alimentation animale doivent s’assurer que les denrées alimentaires et/ou aliments pour animaux qu’ils mettent sur le marché répondent aux prescriptions de la législation alimentaire.

Le fait nouveau introduit par la loi Egalim est l’obligation de l’information immédiate de la DAAF par l’exploitant lorsque celui-ci considère que, sur la base d’un résultat d’autocontrôle défavorable, les produits sont susceptibles d’être préjudiciables à la santé humaine ou animale même s’ils n’ont pas été mis sur le marché.

 
Les prix des légumes à la baisse concernent l’aubergine (- 50%) à 1€/kg
 
Données octobre à décembre 2019 Laitue : rien à signaler sur les parcelles du réseau. Tomate : augmentation des attaques d’aleurode sur les deux derniers mois avant récolte. Vigilance : cercosporiose sur laitue.
 
Données octobre à décembre 2019 Le charançon de la patate douce : baisse progressive des charançons capturés. L’anthracnose de l’igname : l’apparition tardive de l’anthracnose sur les parcelles prêtes à la récolte n’affecte pas le rendement. Focus-photos : anthracnose de l’igname.
 

Les déclaration sur internet des surfaces agricoles et / ou des animaux est obligatoire pour le versement des aides agricoles.

Cette déclaration passe par le site internet Télépac avec des dates limites allant du 31 janvier au 15 juin 2020 suivant les aides demandées.

 

La première Maison Familiale Rurale d’Education et d’Orientation de la Guadeloupe est née fin 1969 et a reçu ses premiers jeunes en formation en tout début 1970. C’était à Pirogue, à Grand Bourg de Marie-Galante.

Les présidents, les administrateurs, les maîtres de stage et anciens élèves nous parlent de leur expérience.

 
Des étudiants du lycée agricole Alexandre Buffon ont récolté du miel au sein de deux bananeraies bio, dans le cadre d’un PIC (Projet d’Initiative et Communication) chez des exploitants en collaboration avec l’APIGUA.
 
Sur le marché cette semaine la tendance des prix est à la hausse avec de fortes évolutions : +160% pour la christophine, +150 % pour l’aubergine avec un prix à 2€/kg.
 

En 2017, le revenu annuel moyen des agriculteurs professionnels s’élève à 12 600 euros en moyenne par exploitation, toutes orientations confondues.

L’année est marquée par les dégâts provoqués par le cyclone Maria particulièrement sur les exploitations bananières et maraîchères.

 
La DAAF recrute un Volontaire de Service Civique géomaticien au service statistique.
 
Une nouvelle feuille de route du plan Ecophyto en Guadeloupe appelé plan EcophytoII+ a été approuvée par la section spécialisée « Agro-écologie et Innovation » du COSDA en date du 05 novembre 2019. L’objectif de ce document est d’élaborer une stratégie de réduction de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques régionale cohérente et permettant d’avoir une vision d’ensemble des actions prioritaires à conduire sur le territoire de la Guadeloupe.
 

Toutes les aides agricoles versées aux exploitants de Guadeloupe nécessitent une télédéclaration obligatoire des surfaces et/ou des animaux sur la plateforme internet dédiée : « telePAC ».

Les exploitants ont la possibilité de se faire accompagner pour réaliser les télédéclarations.

Afin de contribuer à la pleine réussite de la campagne 2020, tant en termes de taux de déclarations que de qualité des demandes d’aide, la DAAF lance un appel à candidature qui lui permettra de recenser les structures prévoyant de fournir ce service.

 
La DAAF recrute deux Volontaires de Service Civique. L’un sera chargé(e) d’enquête statistique pour le recensement agricole, l’autre sera chargé(e) d’études statistiques/ Logiciel R.