Accueil

Actualités

L’intervention de l’apiculteur est essentielle au maintien du cheptel apicole, à la pérennité des exploitations et au maintien du service de pollinisation.

La plupart des activités apicoles non collectives dont les visites de ruchers, la récolte des produits de la ruche, l’élevage de reines, les transhumances et mouvements de ruches sont donc autorisées.

publié le vendredi 27 mars 2020

Dans le contexte d’épidémie actuel, les secours et hôpitaux doivent être réservés aux malades atteints du Coronavirus ou de pathologies graves.

En aucun cas, des chiens en liberté ne doivent risquer de causer des accidents de la route, de s’attaquer aux gens ou aux animaux d’élevage ou de véhiculer des maladies ou parasites.

publié le jeudi 26 mars 2020

Suite au confinement lié au COVID-19 les déplacements pour effectuer des achats de fournitures nécessaires à l’activité professionnelle et des achats de première nécessité dans des établissements dont les activités demeurent autorisées sont possibles.

Toutefois, au moment de se rendre dans les magasins ou au quand vous rentrez à la maison avec vos courses il est important de respecter certaines règles en matière d’hygiène pour ne pas vous contaminer et contaminer votre entourage.

publié le jeudi 26 mars 2020

Les vétérinaires restent mobilisés pour soigner les animaux malades, préserver la santé des cheptels et la salubrité des denrées alimentaires d’origine animale.

La Direction Générale de l’Alimentation a publié une instruction technique concernant les dispositions à prendre s’agissant des missions accomplies par les vétérinaires au titre de leurs missions de service public.

Elle décrit les activités vétérinaires qui doivent être maintenues au titre de l’habilitation sanitaire ainsi que les activités libérales.

publié le mardi 24 mars 2020
Le ministère de l’agriculture et de l’alimentation a mis en ligne une Foire aux Questions (FAQ) qui vise à donner des réponses claires et concises aux questions concernant le fonctionnement de l’enseignement technique agricole durant la période de confinement. publié le mardi 24 mars 2020

Opération décennale européenne et obligatoire, le recensement agricole a pour objectif d’actualiser les données sur l’agriculture française.

Comme tous les dix ans, le Service de la Statistique et de la Prospective et les services statistiques régionaux du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation effectuent le recensement de toutes les exploitations agricoles françaises. Cette opération répond à un règlement européen, tous les États membres doivent le réaliser en même temps.

Les déclaration sur internet des surfaces agricoles et / ou des animaux est obligatoire pour le versement des aides agricoles.

Cette déclaration passe par le site internet Télépac avec des dates limites allant du 31 janvier au 15 juin 2020 suivant les aides demandées.

La ciguatera est une intoxication alimentaire provoquée par la consommation de certains poissons prédateurs vivant à proximité ou dans les récifs coralliens abîmés contaminés par une toxine produite par une microalgue (Gambierdiscus toxicus) présente dans les récifs coralliens.

Une identification précise des espèces permet de limiter les risques d’intoxication aussi il convient que chacun, pêcheur ou consommateur, soit vigilant vis à vis des espèces pouvant présenter un risque, en particulier les pagres et les carangues.

La nouvelle plaquette présentant les poissons dangereux à la consommation est disponible.

La détention d’animaux d’espèces non-domestiques suppose de respecter la réglementation en vigueur, souvent complexe et contraignante en fonction du statut de l’animal, son origine, sa dangerosité, l’utilisation qui en est faite…

Il existe trois niveaux de détention de la faune sauvage captive, selon l’espèce, le nombre d’animaux et l’activité souhaitée du demandeur.