Accueil

Actualités

La première Maison Familiale Rurale d’Education et d’Orientation de la Guadeloupe est née fin 1969 et a reçu ses premiers jeunes en formation en tout début 1970. C’était à Pirogue, à Grand Bourg de Marie-Galante.

Les présidents, les administrateurs, les maîtres de stage et anciens élèves nous parlent de leur expérience.

publié le mardi 21 janvier 2020
Des étudiants du lycée agricole Alexandre Buffon ont récolté du miel au sein de deux bananeraies bio, dans le cadre d’un PIC (Projet d’Initiative et Communication) chez des exploitants en collaboration avec l’APIGUA. publié le lundi 20 janvier 2020
png - 39.6 ko
publié le jeudi 16 janvier 2020
Sur le marché cette semaine la tendance des prix est à la hausse avec de fortes évolutions : +160% pour la christophine, +150 % pour l’aubergine avec un prix à 2€/kg. publié le jeudi 16 janvier 2020

En 2017, le revenu annuel moyen des agriculteurs professionnels s’élève à 12 600 euros en moyenne par exploitation, toutes orientations confondues.

L’année est marquée par les dégâts provoqués par le cyclone Maria particulièrement sur les exploitations bananières et maraîchères.

publié le mardi 14 janvier 2020

La ciguatera est une intoxication alimentaire provoquée par la consommation de certains poissons prédateurs vivant à proximité ou dans les récifs coralliens abîmés contaminés par une toxine produite par une microalgue (Gambierdiscus toxicus) présente dans les récifs coralliens.

Une identification précise des espèces permet de limiter les risques d’intoxication aussi il convient que chacun, pêcheur ou consommateur, soit vigilant vis à vis des espèces pouvant présenter un risque, en particulier les pagres et les carangues.

La nouvelle plaquette présentant les poissons dangereux à la consommation est disponible.

La détention d’animaux d’espèces non-domestiques suppose de respecter la réglementation en vigueur, souvent complexe et contraignante en fonction du statut de l’animal, son origine, sa dangerosité, l’utilisation qui en est faite…

Il existe trois niveaux de détention de la faune sauvage captive, selon l’espèce, le nombre d’animaux et l’activité souhaitée du demandeur.